Archives du mot-clé drabbles

[Harzerezh] – Texte de participation au marathon

Suite à ma participation au marathon prompt sur la communauté LiveJournal Marathon Prompt, je vous présente sept petits textes sur mon univers original Harzerezh. Voici le premier.

Cette gamine qui pense

Prompt : You were thinking. It’s annoying. (Vous pensiez. C’est exaspérant)[Sherlock Holmes, Sherkock BBC 101] lancé par calliopel sur Marathon Prompt.
Rating : G
Nombre de mots : 173

Continuer la lecture de [Harzerezh] – Texte de participation au marathon 

Arbre à drabbles – Trois textes sur Harzerezh

Le livre

« Tu ne peux pas l’emprunter. »
Martha regarda Angèle de sa mine sévère. La petite fille essaya de soutenir son regard… En vain. Elle savait que la bataille était perdue d’avance. Elle reposa le livre sur les mythologies celtiques qui avait attiré son attention. Martha la poussa vers l’avant en direction des étagères de la section enfantine. La femme fronça les sourcils, sembla chercher un livre pendant quelques secondes et lui fourra un album rose dans les mains.
« Les enfants doivent plutôt lire ce genre de choses », dit Martha en lançant un regard dédaigneux à la fillette.

Celle qui était différente

Elle n’est pas comme eux du tout. Elle est silencieuse, seule dans son coin avec des livres. Car oui, elle sait déjà lire. Elle sait aussi compter, calculer. Elle sait et comprend des choses qui leur échappent. Elle leur fait peur. Elle effraie même les grandes personnes. Ses grands yeux bleus connaissent les réponses à toutes les questions de la maîtresse. A leurs questions aussi. Parfois, elle donne l’impression qu’elle en sait plus. Elle connaît des mots compliqués, des mots de grands. Mais souvent elle reste silencieuse. Erwan sait qu’Angèle ne doit pas trop parler. Sinon, elle se fait gronder.

 

Ils sont saufs

Ils sont saufs.
C’est le plus important. Rien d’autre ne compte. Elle le fait pour eux. Pour leur sécurité, leur avenir.
Ils sont en sureté.
Son futur lui est inconnu, incertain, flou. Cependant, elle reste sereine. Le sort qui lui sera réservé ne l’effraie pas plus que ça.
Ils iront bien.
Elle a une certitude, elle s’y accroche. Le quai de la gare s’éloigne. Elle soupire. Soulagement mêlé de quelque anxiété.
Il ne leur arrivera rien.
Elle a un sourire jaune, un de ces sourires qui nouent l’estomac. Son espérance est peut-être un peu naïve. Comment croire ces gens-là ?

Troisième drabble – Arbre à drabbles

Fandom : Flander’s Company

Crève !

« Crève ! » pesta Cindy en claquant la porte qui se dégonda sous le choc. Quel débile, ce Caleb ! Pourquoi son oncle l’avait forcée à travailler avec lui ? OK, il ne pouvait pas blairer de voir ce glandu ne rien faire sa journée mais de là à lui coller dans les pattes ! Rien que d’y penser, la jeune fille à la hache jura. Elle n’en pouvait plus de ses conneries. Il lui faudrait une centaine de sbires à dérouiller pour la calmer. Ou bien… Elle frappa à la porte du PDG, bien décidée à en finir.

Arbre à drabbles – Deuxième texte

Fandom : Alan Wake

Tronçonneuse

La tronçonneuse. Il était à peine sorti des bois que le son de l’instrument le tétanisa sur place. Le portillon de bois éclata sous le choc de l’impact. Alan dirigea sa lampe dans la direction du bruit d’un geste fébrile. Sa respiration s’accéléra. La panique le saisit. L’homme fondit sur lui, tronçonneuse en avant, prêt à le réduire en morceaux. D’un bond désespéré, Alan roula sur le côté. La démangeaison provoquée par les orties ne lui fit rien. Il braqua sa lampe torche sur le fou-furieux qui voulait sa peau, augmenta la luminosité et visa le monstre avec la carabine.

 

Drabble sur le fandom Assassin’s Creed

Vision fugace

 

  • Fandom :Assassin’s Creed
  • Genre : Général
  • Rating : PG
  • Résumé : Un regard extérieur sur un assassin tombé du ciel.

Il a surgi de nulle part, du ciel peut-être, renversant le garde face à moi. La lame dissimulée dans la protection de son bras tranche la gorge de sa cible, le sang gicle en des milliers de petites gouttelettes écarlates. Et pourtant, pas une tache sur sa tunique immaculée. Pas un son ne sort de la gorge de sa victime. Pas un regard jeté au petit crasseux que je suis. La capuche de l’assassin recouvre son visage inexpressif. Il essuie sa lame souillée d’un geste précis, rapide. Soudain, le voilà, reparti, s’élançant dans les airs, tel un aigle majestueux, royal.