Epilogue

Percy termine son récit. Sa bouche est sèche. Les larmes roulent sur son visage fatigué.
Le feu meurt dans la cheminée.
Il ferme les yeux, se sachant en sécurité, lui et son fils.
Molly étouffe un énième sanglot, serrant convulsivement son mouchoir à carreaux.
Arthur ne dit rien, il essuie quelques larmes qui perlent au coin de ses paupières.

Son troisième fils lui semble si fatigué, presque vieux malgré ses trente-et-un ans. Il ne sait pas quoi dire.
Le silence s’installe après la longue histoire de Percy. Personne ne veut rompre cette quiétude retrouvée.

Puis, Percy reprend ses esprits.
Il boit une gorgée de thé froid. Il sourit tristement.
Sa mère n’avait pas oublié quel était son parfum préféré.
Son cœur se serre à nouveau.
Il tente de chasser ses pensées en regardant la pièce.
Elle était presque identique à celle de ses souvenirs hormis les photographies de la nouvelle génération Weasley qui s’étalaient sur les murs. Des rouquins par grappes, excepté quelques têtes blondes et brunes.

Non, l’idée n’était pas bonne.
Percy détourne le regard, battant des paupières pour chasser les nouvelles larmes qui affluent. Il sent la chaude main désormais bien ridée, usée par les tâches ménagères, de sa mère sur sa joue. La tendresse de son regard n’a pas changé.
Percy se laisse aller.
Il en a bien besoin, de ce réconfort.

Il lui en faudra beaucoup, du courage.
Pour faire face, pour avancer.
Pour rendre à son fils le sourire qu’il a perdu.

Il comptera beaucoup sur sa mère et l’amour qu’elle peut dispenser à chacun.
Il comptera sur son père pour sa capacité à pardonner.
Il aura besoin de toute sa famille pour tenter de construire un avenir qui ait un sens, quelque chose de solide.

Le temps s’écoulera. L’hiver arrivera puis laissera place au printemps. Il y aura toujours un été pour retrouver cet optimisme qui le quittera chaque automne quand les feuilles rousses tombent sur le sol. Il se rappellera toujours. Et l’hiver reviendra une nouvelle fois. Les saisons se suivront. La vie qui continue.

Percy apprendra à soigner ses blessures.
Recoller les morceaux de sa vie perdue et en donner une nouvelle à son fils.

Et trouver sans doute, le chemin d’une vie sereine, riche et heureuse.

Cela sera long et douloureux mais Percy sait qu’il n’est plus seul.

Percy sent sur ses mains, celles de ses parents.
Ils ne sont plus seuls.

Après douze années, Percy vient de retrouver les siens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *